Fondeur four à induction

Frédéric, 37ans, fondeur induction

Les fondeurs élaborent le métal fondu dans des fours à induction. Ils sont responsables de la composition et de la qualité du métal fondu. Ce travail est réalisé en collaboration avec le laboratoire et l’équipe process. Le métal fondu est très sensible à divers paramètres tels que le temps, la température … le fondeur doit donc faire son travail de manière très précise et dans un temps limité.
La fonte du métal est la première étape de notre process de production par moulage statique et par centrifugation.

Frederic, dis-nous comment en es-tu arrivé à ce poste ?
C’est une histoire intéressante. Mon beau-père avait travaillé à Manoir pendant près de 30 ans et j’avais beaucoup entendu parler de l’entreprise. En fait, je ne sais pas si c’était à cause de la façon dont il l’a décrit ou à cause de moi, mais je n’étais vraiment pas intéressé par le fait de travailler dans une usine. A la base, j’étais plombier et j’intervenais sur les chauffages pour des particuliers. J’ai également travaillé dans une entreprise de sécurité. Donc, très loin de l’environnement d’une fonderie.

Que s’est-il passé ensuite ?
En 2006, mon beau-père m’a dit que Manoir cherchait de l’aide dans le secteur de la fusion. J’ai voulu tester mais je suis finalement tombé amoureux du métal fondu. Il n’y avait aucune annonce pour ce job, juste du bouche à oreille. J’ai été formé à la tâche, aucune formation scolaire.

Quels jobs as-tu eu depuis ton arrivée chez Manoir ?
J’ai débuté en prêtant main forte au service en charge du revêtement réfractaire des poches de coulées. Puis je me suis naturellement dirigé vers les fours eux-mêmes toujours dans le revêtement réfractaire. Puis, je suis devenu fondeur et j’ai commencé le travail en équipe.

Qu’est-ce que tu aimes en particulier dans ton travail ?
Frédéric affiche un grand sourire – Le métal, encore et encore. Toujours apprendre quelque chose de nouveau. La fusion est un travail magnifique. Les conditions de travail difficiles peuvent être perçues comme pénibles par beaucoup mais c’est en réalité très fascinant. Vous devez opérer dans un environnement fiable, autant pour les fours que pour le personnel. Vous devez compter sur les deux. L’esprit d’équipe est également là.

Avez-vous vu la société changer au cours des années ?
D’une certaine manière, oui. J’ai vu les anciens partir à la retraite emportant avec eux une « mentalité ». Le lien entre nous n’est probablement pas aussi fort qu’il ne l’était entre eux. Générations, je suppose …
J’ai vu un certain nombre de jeunes joindre la compagnie depuis 2006. Je leur ai appris l’importance du respect des règles lorsqu’il s’agissait de fusion. Vous ne pouvez pas faire ce que vous voulez. Les basiques dans un premier temps, puis les procédures, puis l’expérience. La sécurité est également un principe obligatoire.

Si tu devais convaincre quelqu’un de joindre ton équipe, que lui dirais tu ?
Eh bien, si ces personnes connaissent la maison, ils doivent savoir qu’un fondeur qui travaille en équipes postées est payé au mérite. Je ne peux donc pas me plaindre. Ça vaut la peine de prendre cela en considération. Je ne suis pas soudeur, mais je suis content de ce que je gagne. Encore une fois, mon travail est tout simplement magnifique : l’acier liquide qui coule, la chaleur, les étincelles ici et là. Pas de routine. Ce travail, assez inconnu et franchement difficile à décrire et à expliquer, devrait être mieux connu.

Quelque chose d’autre à ajouter ?
Quand j’ai joint Manoir, on m’a dit « si vous avez peur du métal, ne travaillez pas ici ». Eh bien, je peux admettre que j’ai développé une certaine fascination pour cet acier. Je suis fier, comme beaucoup de mes collègues. Je serai ravi de montrer ce que je fais aux personnes qui viendront nous rendre visite à l’occasion du centenaire du site de Pîtres.

Ils nous font confiance

  • logo orano
  • Logo de Exxon Mobil
  • logo de air liquide
  • Caterpillar-Logo